Ne pas confondre Texture et Structure

 

On a souvent tendance à confondre texture et structure. Etant donné leurs liens qu’elles ont avec les matières organiques apportées au sol, une petite mise au point s’impose.

La Texture

La texture, ou granulométrie, est la répartition des éléments minéraux du sol selon leur taille. Comme vous pouvez l’observer dans ce tableau.

Si la texture d’un sol change au cours de son évolution, sur plusieurs milliers d’années, ce n’est pas le cas à l’échelle d’une vie humaine. Inutile donc d’essayer de modifier la texture de votre sol : il faut « faire avec », tirer parti de ses avantages d’une part, en limiter les inconvénients d’autre part. Par exemple, un sol sableux est naturellement bien aéré, mais ne retient pas l’eau. Dans un sol argileux, c’est l’inverse.

La Structure

La structure est l’agencement des particules dans le sol. On parle de structure compacte, aérée, grossière, fine… 

La structure idéale est la structure grumeleuse, dans laquelle 50 % du volume est occupée par des pores. Elle permet une très bonne aération du sol, et un drainage efficace. 

Contrairement à la texture, la structure s’entretient et peut s’améliorer, par l’apport régulier de matières organiques (MO). En effet, en dégradant ces dernières, les micro-organismes du sol, grâce à leurs enzymes extracellulaires, fabriquent une sorte de colle organique, qui agrège entre elles les particules les plus fines de la terre, c’est-à-dire les limons et les argiles. En l’absence d’apports réguliers de MO, la production de colle organique diminue, et la structure se dégrade, devenant de plus en plus compacte.

Zoom sur la structure grumeleuse

En période de pluie ou d’arrosage, la structure grumeleuse permet un bon drainage.

Après «ressuyage», la structure grumeleuse favorise les échanges gazeux (entrée d’oxygène dans le sol, évacuation du gaz carbonique).

Blaise Leclerc – Docteur en Agronomie expert à l’ITAB (Institut technique de l’agriculture biologique) sur le sol et la fertilisation.